Mon hiver à Zéroland, Paola Predictori

Auteur: Paola Predictori
Titre Original: Mon hiver à Zéroland
Date de Parution : 14 novembre 2013
Nombre de pages : 305
Prix : 21,90€ 20,81€

Quatrième de couverture : « Le plus terrible, ce n’est pas de perdre les personnes que l’on aime, c’est de cesser d’en parler » nous dit Alessandra, dix-sept ans, confrontée trop jeune à la perte de sa mère. De retour au lycée après ce drame, Alessandra n’a pas la force d’affronter ses anciens amis. Elle choisit alors la compagnie de « Zéro », Gabriele de son vrai prénom, le mauvais élève, toujours en marge de la classe. Ce qu’elle aime à « Zéroland », c’est le silence et la solitude qui règnent en maîtres. Les règles y sont strictes : on ne se parle pas, on ne se regarde pas. Par-delà les mots, une complicité fragile se noue toutefois peu à peu, et Alessandra découvre bientôt un jeune homme attentionné et passionné de dessin. Mais elle reste tiraillée entre son monde d’avant et « Zéroland », son monde avec lui, au point de mettre en danger ce qui les lie… Une année dans la vie d'une jeune fille de 17 ans qui met son cœur en berne ou plutôt en hibernation, pour peu à peu retrouver goût à la vie au contact d'un autre coeur adolescent gelé…

Extrait
Ma mère

Je me rappelle encore le jour où l'on m'a pincée en train de voler. J'avais huit ans, peut-être neuf, c'était dans un petit supermarché de quartier où, depuis les caisses, on embrassait tous les rayons du regard. Sur un présentoir de papeterie j'avais aperçu une gomme rose en forme de coeur et je n'avais pu résister. Une caissière m'était tombée dessus et m'avait ordonné de rendre ce que j'avais pris. Sans la regarder dans les yeux, je lui avais restitué la gomme et j'avais pris la fuite.
La peur est la même que celle ressentie ce jour-là. Le coeur qui bat la chamade, un bruit assourdissant qui part du torse et remonte jusque dans les oreilles, on n'entend même plus ses propres mots. Soudain tout est tellement réel que cela semble faux. Je me souviens de tous les détails de cet instant. La caissière portait une jupe bordeaux et des mocassins noirs. Près de la gomme en forme de coeur trônaient des trousses en toile bleue. Les gens qui faisaient la queue aux caisses s'étaient retournés pour me regarder. J'étais partie en courant, terrorisée. Le temps que j'arrive à la maison, la terreur s'était transformée en honte et j'avais décidé de ne jamais le raconter à personne.
Quand on annonça à ma mère qu'elle avait un cancer du rein, la peur me gagna comme cette fois-là : elle me saisit à la gorge, se mélangea à mon sang et, quand elle atteignit mon coeur, elle le mit en pièces. Ma mère avait trente-sept ans, elle s'appelait Anna. Deux ans plus tard, elle est morte.
Vivre dans la peur, maintenant je le sais, est le pire des cauchemars, et c'est ainsi qu'a vécu ma mère pendant toute cette période, en pensant à la mort jour après jour, heure après heure. Elle prit l'habitude de garder sa lampe de chevet allumée toute la nuit et de ne plus fermer les volets. Elle disait que notre maison était sombre, que la lumière n'entrait pas assez par les fenêtres. Elle entama sa bataille contre l'obscurité en faisant retirer les rideaux du salon et se mit à détester la nuit, elle qui l'avait toujours aimée.
Ma famille n'a jamais été du genre traditionnel, papa maman frères soeurs. Je n'ai eu pour famille que ma mère et ma grand-mère. Mon grand-père est mort quand j'étais toute petite et je n'ai jamais connu mon père. Il est parti quand ma mère est tombée enceinte. Désormais nous nous retrouvons à deux et j'ai peur de penser à l'avenir.
Un de mes souvenirs d'enfance est un film tourné par mon grand-père le jour de mon troisième anniversaire, où nous fêtions aussi la maîtrise de lettres de ma mère.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...