Player One, Ernest Cline



Auteur: Ernest Cline
Titre Original: Player One
Date de Parution : 12 mars 2015
Éditeur : Pocket
ISBN: 978-2266242332
Nombre de pages : 624
Prix : 10,00€
Version Kindle : 12,99€ 

DVD : 19,99€ 


Quatrième de couverture : 2044. La Terre est à l'agonie.
Comme la majeure partie de l'humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l'OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l'OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l'OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars !
Multinationales et geeks s'affrontent alors dans une quête épique, dont l'avenir du monde est l'enjeu. Que le meilleur gagne...

Mon avis : Cela faisait longtemps que je voulais lire Player One d’Ernest Cline, mais j’avais un peu d’appréhension, car ce sont tout de même 624 pages et bien qu’amoureux et nostalgique des décennies 80 et 90, j’avais un peu peur de me retrouver avec un bouquin avec des références bien trop geek pour moi.

Ce qui fit pencher la balance du côté obscure de la lecture, fut que Steven Spielberg serait le réalisateur du film tiré du livre. Non que toutes les adaptations de Spielberg soit un gage de réussite, mais que Steven Spielberg est un peu le Papa à E.T l’extraterrestre, des Grimlins, Marty McFly ou bien encore des Goonies, ce qui, à mes yeux, fait de lui, une valeur sûre dans côté référence dans le retro-nostalgico-eighties.

Et là, pif paf, une véritable claque, un bonheur à lui tout seul ! Je savais que j’allais être facile à convaincre, et pour le coup, cela n’a pas loupé.

2044, la terre est à l’agonie, le chômage est à des niveaux stratosphériques, une grande partie de l’humanité passe le plus clair de son temps sur l’OASIS, un univers virtuel où tout a chacun peut être ce qu’il veut.

James Halliday créateur de l’OASIS, a laissé en héritage en plus de l’OASIS des milliards de dollars. Mais pour hériter de sa fortune, il faut trouver les trois clés, afin d’obtenir l’œuf de pâques. Et commence une véritable chasse aux trésors virtuels.

Après la lecture de ce génialissime roman, j’ai me suis fait le grand chelem, j’ai écouté le livre audio et également, bien entendu regarder le film.

Il n’y a absolument rien à dire sur le l’audiobook qui est une fidèle lecture du livre avec un véritable jeu d’acteur de la part d’Antoine Doignon qui réussit à entrainer l’auditeur dans son histoire. Donnant la voix à chaque personnage du roman.

En ce qui concerne le film, il est certain qu’il s’agit d’une adaptation d’un livre et bien souvent l’adaptation n’est pas à la hauteur du roman. Cependant, bien qu’il y ait certaines largesses telles que les quêtes en elles-mêmes, l’esprit du livre et respecté. On retrouve bien la griffe de Steven Spielberg et pas mal de clin d’œil discret mais certain a l’univers des jeux vidéo et cinématographique des 80-90.
Et des petits clins d’œil, on en trouve à foison dans ce long-métrage.


Fratellis

 Lors de l’attaque de IOI, on peut apercevoir un restaurant appelé Fratellis, comme la famille des méchants dans le film des Goonies.


Jeu de société Simon sur la veste d’Halliday
                                                
On voit James Halliday avec un pin's a l’effigie du jeu de société électronique Simon, jeu iconique de la fin des année 70 début des années 80. Le jeu trouvait son origine dans le jeu pour enfant « Jacques a dit » ou encore « Simon says » en anglais. Le jeu, électronique, éclairait une des quatre couleurs et produisait un son toujours associé à cette même couleur. Le but du jeu étant de reproduire la plus longue des suites.

King Kong
On reconnait ici la scène mytique, du film non moins mythique King Kong.





La De-Lorean

Qui n’aura pas reconnu la fameuse De-Lorean  de Retour Vers le Futur qui permet a Marty et au Doc de voyager dans le temps.


Chucky

Chucky la poupée de sang fait ici son apparition comme munition que Zack lance depuis la De-Lorean, doublé petit clin d’oeil qui n’est pas sans rappeler Lorsque Mario Bross lance des champignons.

Moto de Kaneda (Akira)



Shining


Sans oublier bien entendu la référence au film Shining de Stanley Kubrick sorti en 1980 avec Jack Nicholson. En fan de Stephen King, je ne pouvais pas passer à côté, ni vous d’ailleurs.



Que puis-je encore vous dire, mise a part que si vous n’avez pas encore vue le film, lu le livre ou bien encore écouter l’audiobook c’est le moment de le faire sans aucune hésitation.

Acheter : Player One




  


--------------------------------------------
les offres éclairs ici sur Amazon !

Vente flash jusqu'à - 50% sur la Fnac

Toutes les promotions DVD /Blu Ray Ici sur Amazon et sur la Fnac
--------------------------------------------

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...