Les nouvelles aventures du fakir au pays d’Ikea, Romain Puértolas



Titre Original: Les nouvelles aventures du fakir au pays d’Ikea
Date de Parution : 2 mai 2018
Éditeur : Le Dilettante
ISBN: 978-2842639464
Nombre de pages : 288
Prix : 20,00€


Quatrième de couverture : Rappelez-vous l’épisode précédent : L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea; soit Ajatashatru Lavash Patel, quon expectorera selon les goûts et la virtuosité phonique achète-une-truelle ou jette-un-tas-de-choux, as de l’arnaque fakirique en tout sens et madré épateur de gogos. Après un soubresautant tour du monde emboîté dans une armoire Ikea qui l’avait vu, par avion ou par cargo, transbahuté d’Angleterre en Espagne et de Paris à Tripoli, nous avions laissé l’homme coulant les plus doux des jours avec Marie Rivière, la dame de son cœur et écoulant par palettes entières le récit de sa déménageante saga. Les gens heureux étant privés d’histoires et comme d’urgence il nous en faut une, voilà. Alors que notre héros macère dans l’aisance avec la volupté d’un cornichon dans la saumure et se confit dans le plus gras bien-être, son éditeur retoque son second opus, lisse à l’excès et bien bouffi de consensualité. Pour la faire brève, notre fakir est devenu mou du clou, glabre du sabre et son tapis de braises vire à la moquette haute laine. Réagissez, mon bon! Et notre Patel de repartir à la reconquête de soi. Cap sur la Suède pour rencontrer Dieu lui-même, l’Allah de la clé Allen, le maître d’Ikea, et se fournir en Kisifrøtsipik, la Rolls du tapis à clous. Par chance, dès l’aéroport, les choses vont mal : emporté dans une louche affaire de diamants, confronté au  baron Shrinkshrankshrunk, patron de Nespressé et roi de la dosette corsée, au professeur Ronaldo, gemmologue brésilien, sauvé de la mort par une édition polonaise d’Autant en emporte le vent, il se retrouve cloué dans une commode et largué en pleine Baltique, d’où il sera sauvé pour coulisser dans la confraternité d’un cirque belge et apporter une assistance magique à des réfugiés syriens. Tout cela entrecoupé de souvenirs d’enfance marqués par la férule et la duplicité de son maître et initiateur Baba Ohrom. Alors, on avale sa boussole, on ravale sa carte et on mise à l’aveugle. Avec la seconde aventure de son fakir, Romain Puértolas, en digne fils de Verne et parfait gendre d’Alexandre Dumas, réaffirme cette vérité d’évidence : le monde n’est qu’une commode Ikea, assemblée par un fakir, pleine de fausses portes et de doubles fonds, et que l’on assemblera jamais!


Mon avis : Dans un premier temps, je tiens à remercier les éditions Le Dilettante et Romain Puértolas.

Quatre ans et demi que le fakir est sorti de son armoire Ikea pour nous offrir un extraordinaire voyage. Et il revient cette fois-ci pour partir à la recherche d’un KISIFROTSIPIK , meuble Ikea idéal pour un fakir, car il s’agit d’un lit à clous.

En manque d’aventures et à la recherche de l’inspiration livresque et fakiresque, Ajatashatru Lavash Patel part au pays d’Ikea pour rencontrer son fondateur et seul personne capable de vendre une armoire Billy toutes les quatre secondes, le bien nommé Ingvar Kamprad, afin que ce dernier lui confectionne un KISIFROTSIPIK.

Comme vous l’aurez certainement compris, notre héros part donc en Suède chercher son fameux lit à clous.

En faisant un peu de psychologie de comptoir, on pourrait penser que Romain, s’identifie à son Fakir avec cette peur de ne plus avoir l’inspiration après le succès de son premier opus. Car là est bien le problème de son fakir, l’embourgeoisement fait qu’il n’a plus l’inspiration, ces textes ne plaisent pas et ne peuvent pas faire l’objet d’un livre, même pas un livre en kit. (Romain si tu lis ces lignes ne t’inquiète pas même après le succès du Fakir, les romans qui ont suivi le fakir et ce dernier opus, ton style Puértolesque ne fait que s’affiner, un peu comme le bon vin ;) ).

Dans ce nouvel opus, on en apprend un peu plus sur le passé d’Aja (ouais, je sais, on est un peu intime, je l’appelle par un diminutif), ce passé sombre auprès de son maître fakir Baba Orhom, Aja devra également en découdre avec le Baron ShrinkShrankShrunk, qui n’est autre que… (non non pas de spoiler).
On apprend également du vocabulaire polonais « Zaslony » d’autant emporte le vent et ce n’est pas gratuit, une belle logique du pourquoi du comment de ce mot.
Et pour les férus de l’auteur, vous aurez l’occasion de croiser la version suédoise d’Agatha Crispies héroine de « Tout un été sans Facebook » et également sa grand-mère celle qui sait tout faire, même et surtout les tours de magies.

Le roman se ferme sur l’éventualité d’une suite qui ferait des aventures de notre fakir une trilogie. On peut facilement imaginer une suite dans le genre, roman d’anticipation et également bien plus sombre que les précédents opus.
Si le tome trois voit le jour et comme je l’imagine à la lecture du dernier chapitre, Romain Puértolas deviendrait le J.K Rowling des fakirs, qui dit en passant sont aussi un peu sorciers.

Avant de partir, j’allais oublier, deux choses importantes, la première la version audiobook est lu par le génialissime acteur Dominique Pinon, qui était déjà le lecteur du premier opus.
Et surtout l’actualité chaude du moment la sortie imminente, le film « L’extraordinaire voyage du Fakir » qui sortira en salle le 30 mai 2018.






Acheter : Les nouvelles aventures du fakir au pays d’Ikea











--------------------------------------------
les offres éclairs ici sur Amazon !

Vente flash jusqu'à - 50% sur la Fnac

Toutes les promotions DVD /Blu Ray Ici sur Amazon et sur la Fnac

--------------------------------------------

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...