L'innocence des bourreaux, Barbara Abel


Auteur: Barbara Abel
Titre Original: L'innocence des bourreaux
Date de Parution : 14 mai 2015
Éditeur : Belfond
ISBN: 978-2714460295
Nombre de pages : 320
Prix : 18,50 €


Quatrième de couverture : Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d'autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé sa fille de trois ans seule à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d'acheter ce qui manquait pour son repas. Parmi eux, un couple adultère, parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s'il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent... Des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour récupérer quelques dizaines d'euros. Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s'inversent, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l'horreur. Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière est mince. Si mince...

Mon avis : J'ai lu ce livre dans le cadre d'un partenariat avec l'auteur Barbara Abel et les éditions Belfond.

Après Derrière la haine et Après la fin, Barbara Abel nous longe dans un univers bien différent, mais encore une fois, elle fait mouche, en nous offrant un thriller qui se dévore du début à la fin. La description et la psychologie des personnages permettent à son roman d'avoir une grande cohérence, chaque question que peut se faire le lecteur du "mais pourquoi ?" trouve une réponse qui tient la route et entraîne le lecteur dans un cauchemar bien réel.

Le braquage de la supérette par un jeune toxicomane, se transforme petit à petit à un tournant dans la vie des personnages, leur passé les rattrape.

Un roman qui monte en puissant à chaque page tourné.

Ce qui fait de ce roman un très bon roman est le fait que nous découvrons des hommes et des femmes ordinaires qui vont voir leur vie basculer, Barbara Abel nous entraîne petit à petit, mais inexorablement dans la noirceur de l'âme. L'action n'est pas le plus important dans le livre, mais le pourquoi ils en sont arrivés là.

Barbara Abel fait partie de la Ligue de l'imaginaire avec Bernard Werber et l'on retrouve un point commun avec d'autres membres de la Ligue, chaque chapitre fini par un climax, qui amène le lecteur à vouloir lire le chapitre suivant.





Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...