Rencontre avec Tatiana de Rosnay à L’Institut français de Barcelone


Le mercredi 26 mars Tatiana de Rosnay était à l'institut français de Barcelone pour présenter son roman Tinta rusa (A l'encre russe), vivant sur Barcelone, je n'ai pas hésité une seconde à venir écouter Tatiana de Rosnay.


Je vous entends déjà dire « Mais le roman A l'encre russe est sortie en mars 2013 ! », et bien oui je sais, mais les versions espagnole et catalane sont sorties le 24 mars 2014, juste avant San Jordi (la fête du livre et de la rose en Catalogne).

Je ne vais pas vous raconter l'intrigue du livre, car je présume que vous la connaissez tous, mais plutôt revenir sur quelques anecdotes et sympathiques questions qui ont pu être posées lors de cette rencontre.
Il va de soit qu'a Barcelone, capitale de la catalogne et terre du bilinguisme (Espagnol/Catalan), lui soit posé la question de si elle traduisait elle-même ces propres romans. Mais Tatiana de Rosnay explique très bien qu'elle n'est pas traductrice et reste souvent très critique envers ses romans et si elle devait les traduire, il est fort probable qu'elle change beaucoup d'éléments de ses romans.

Cependant comme elle n'aimait pas trop la traduction française de A l'encre russe, elle a repris le travail de traduction pour qu'il « colle » à l'âme de son roman. Elle a mis sa marque. Tatiana de Rosnay en est arrivée à la conclusion qu'elle aimerait pouvoir faire faire la traduction de ses livres de manière plate et part la suite retravailler elle-même traduction, mais il s'avère que son éditeur n'est pas trop en faveur.

Pour la petite histoire, elle a écrit son premier livre à 11 ans, prise du grippe qui la bloque pendant une semaine à la maison, elle écrit dans un gros cahier Pierre Fontaine son premier roman en anglais pour l'anniversaire de sa mère. Elle fut encouragée par sa mère « C'est une vraie histoire, tu devrais continuer ». Ce qui déclencha chez elle une véritable profession et depuis ce jour écrit un livre par an. Mais malgré une grande production romanesque, elle présentera son premier manuscrit à une maison d'édition qu'à l'âge de 30 ans.

Une personne du public lui a demandé son avis sur les ebook et Tatiana de Rosnay grande lectrice, avec humour expliquait qu'elle serait « capable de voler un livre dans un gare si elle n'en n'avait pas sur elle », dit préférer le papier mais l'important selon elle, est que les gens continue de lire.

Un autre curieux a demandé ses auteurs favoris : Zola (Thérèse Raquin), Maupassant, Baudelaire, Patrick Modiano, Serge Joncour, Kathrine Tuil, Daphnée du Maurier, Edgard Alan Poe, Virginia Woolf et Stephen King qu'elle trouve très efficace.

A l’encre russe est publié chez Amsterdam pour la version catalane (Tinta russa) et Suma de letras pour la version espagnole (Tinta rusa)




Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis! 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...