Quel petit vélo au guidon chromé au fond de la cour ?, Georges Perec

Auteur: Georges Perec
Titre Original: Quel petit vélo au guidon chromé au fond de la cour ?
Date de Parution : 9 janvier 2014
Éditeur : Denoël
Nombre de pages : 96
Lu : Février 2014
Prix : 9,90€ 9,41€

Quatrième de couverture : Richard Bohringer est un grand admirateur de Georges Perec. C’est avec la fougue et l’amour des mots qu’on lui connaît qu’il présente l’auteur de cette fantaisie littéraire. En France pendant la guerre d’Algérie, Henri Pollak, maréchal des logis le jour et artiste bohème le soir, et sa bande de Montparnasse se mettent en quatre pour faire réformer un camarade de caserne. Les idées fusent et on s’assied avec délectation à la table de ces joyeux compères. Ce court roman savoureux est truffé de figures de style. Un tour subtil de Perec, génial explorateur de la langue, pour parler du conflit qui occupe alors la scène politique. C’était un mec, il s’appelait Karamanlis, ou quelque chose comme ça : Karawo ? Karawasch ? Karacouvé ? Enfin bref, Karatruc. En tout cas, un nom peu banal, un nom qui vous disait quelque chose, qu’on n’oubliait pas facilement.

Mon avis : Avec la collection Empreintes, les éditions Denoël souhaitent faire redécouvrir des trésors de littératures que possède la maison d'édition. La nouvelle collection Empreinte a pour vocation de remettre en avant ces textes littéraires avec le sentiment de lecture d'une personnalité inattendue. Comme le conseil de lecteur à un autre, quelques mots pour raconter la découverte d'un auteur.

Et c'est richard Bohringer qui m'a permis de découvrir ce texte de Georges Perec. L'histoire en soit est assez simple, Henri Pollak, maréchal des logis et ses amis de Montparnasse cherchent le moyen de faire reformer un camarade de caserne pour qu'il ne parte pas faire la guerre en Algérie

Et c'est avec ce contexte difficile et compliqué de la Guerre d'Algérie que Georges Perec nous offre un véritable trésor de littérature, en lisant ce texte court, l'on peut apprécier comment Georges Perec joue avec les mots avec une virtuosité incroyable.

Pour vous donner une idée de l'écriture que nous offre Georges Perec dans ce texte, je vous laisse un court extrait qui j'en suis sûr vous donnera envie de dévorer ce texte comme je l'ai fais moi-même.

« Que lui, Pollak (Henri), maréchal des logis natif de Montparnasse, il avait un pote qui s’appelait Karaschmerz et qu’il (karaschmerz, mais Pollak Henri aussi, et tout le monde : à cet âge, c’est normal) avait une fille dans la peau et qu’il (toujours Karaschmerz) manifestait une indifférence notoire et nononstant sympathique vis-à-vis du différend qui opposait l’avenir de la France, d’une part, et quelques ramassis de troublions et de droit-commun, d’autre part, et qu’il (Karaschmerz again) avait manifestait le désir de demeurer en France à se la couler douce dans les bras de celle qu’il avait dans la peau, au lieu de s’en aller batifoler dans les djebels… »

Merci aux éditions Denoël pour m’avoir permis de découvrir ce petit bijou de littérature et cette nouvelle collection  "Empreinte" qui nous proposera 6 titres par an…


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...