Frère d'âme lu par Babacar M'Baye Fall #PrixAudiolib2019



Auteur: David Diop
Lu par : Babacar M’Baye Fall
Titre Original: Frère d’âme
Date de publication : 13 février 2019
Durée : 03h42
Éditeur : Audiolib
Prix : 17,00€ 
Version CD : 18,90€ 
Version Papier : 17,00€  
Version Kindle : 11,99€  
Version Kobo : 11,99€ 
Version Booken : 11,99€  






Quatrième de couverture : Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l'attaque contre l'ennemi allemand. Les soldats s'élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d'Alfa, son ami d'enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s'enfuit. Lui, le paysan d'Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l'effroi. Au point d'effrayer ses camarades. Son évacuation à l'Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d'ultime et splendide résistance à la première boucherie de l'ère modern



Mon avis : Frère d’âme est en lise pour le Prix audiolib 2019. Pour la deuxième année consécutive, j’ai la chance de faire partie du jury qui choisira les 5 livres audios finalistes du prix Audiolib 2019.

La version papier de frère d’âme est sortie pour la rentrée littéraire 2018, période du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. C’est donc en hommage aux 130.000 tirailleurs sénégalais qui lutteraient pour la France, que David Diop, nous offre un roman court, mais d’une grande puissance

Alfa Ndiaye et Mademba Diop sont des amis choisis, presque frère, bien avant la guerre où ils sont partis ensemble de leur petit village pour défendre la France.

Dans la terreur et la boucherie de tranchées Mademba est blessé mortellement ce qui rendra littéralement Alfa fou, fou de rage, de vengeance. Et ce besoin de vengeance contre les yeux bleus qui ont tués son presque frère, le poussera à devenir ce que l’armée française attend de lui, un sauvage qui terrorise et tue ses ennemis emportant avec lui le trophée sanguinaire de la main ensanglantée de sa victime.

Magnifique roman qui encore une fois raconte l’atrocité de la guerre, l’atrocité et l’inhumanité de la Première Guerre mondiale. Critique également de la situation de ces tirailleurs sénégalais, qui avant d’être soldat ou bien encore homme n’était aux yeux de leur officier qu’une horde de sauvages armée de leur fusil et d’un coupecoupe.

L’incessante répétition de « Par la vérité de Dieu », ou bien encore « Mon plus que frère » avec l’accent africain forcé ou non, je ne sais pas, du narrateur Babacar M’Baye Fall, fait que nous avons l’impression lors de l’écoute d’être face à Alfa Ndiaye tirailleurs sénégalais. Bien que cet accent « africain » au premier instant m’a coûté légèrement à la compréhension, une fois habitué, je me suis senti emporté dans ces tranchées ce tirailleur sénégalais qui a plongé dans la folie meurtrière assoiffé par la vengeance de son presque frère.









Si cela n’est pas encore fait, je vous invite à découvrir Audible , qui en plus de proposer une offre d’essai d’un mois gratuit donne une nouvelle perceptive à la littérature. Avec un catalogue de plus de 250.000 livres audios qui s’enrichie régulièrement au rythme des sorties en librairie.






--------------------------------------------
les offres éclairs ici sur Amazon !

Vente flash jusqu'à - 50% sur la Fnac

Toutes les promotions DVD /Blu Ray Ici sur Amazon et sur la Fnac
--------------------------------------------


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...