Les animaux fantastiques : Le texte du film, J.K. Rowling


Auteur: J.K. Rowling
Titre Original: Les animaux fantastiques : Le texte du film
Date de Parution : 30 mars 2017
Éditeur : Gallimard Jeunesse
ISBN: 978-2075084055
Nombre de pages : 313
Prix : 21,00€
Version Kindle : 12,99€  
Version Kobo : 12,99€ 



Quatrième de couverture : J. K. Rowling, créatrice de la mythique saga Harry Potter, nous invite à découvrir une nouvelle ère du Monde des Sorciers, au côté du jeune explorateur et magizoologiste Norbert Dragonneau.
Revivez le film écrit par J. K. Rowling avec le texte original de l’auteur : l'intégrale des dialogues, mais aussi l'action, le jeu des personnages, les descriptions des décors, les mouvements de la caméra... Une aventure épique et fabuleuse, une grande histoire de magie et d'amitié.

Mon avis : Dans un premier temps, je remercie une nouvelle fois Gilles Paris et les éditions Gallimard Jeunesse pour ce nouveau partenariat qui est une suite logique aux livres que j’avais reçus des éditions Gallimard Jeunesse del’univers des Animaux fantastiques pour la sortie du film en salle.

En découvrant ce nouveau livre de l’univers des Animaux fantastiques, je m’attendais effectivement à lire le script du film. Mais n’ayant jamais lu de script, je l’assimilais plus facilement à lire une pièce de théâtre, genre littéraire que j’apprécie beaucoup.

Mais avec le texte du film, cela va plus loin que la simple pièce de théâtre. À l’instar de la pièce de théâtre, le script se découpe également en scènes, mais au début il y a un glossaire des thermes cinématographique qui permet au lecteur de comprendre le décor, les mouvements de caméra, etc.

Et je dois reconnaître qu’en lisant Les Animaux fantastiques : le texte du film, avec ces détails sur les décors, les mouvements de caméra, j’ai eu l’impression de revoir le film.

L’ouvrage est également magnifiquement illustré par Minalima, a qui l’on doit le design graphique du film et des huit films de la saga Harry Potter.

Sachant que le DVD sort le 29 mars 2017, il ne me reste plus qu’une seule chose à faire. Relire le script tout en regardant le film.


Acheter : Les animaux fantastiques








--------------------------------------------
les offres éclairs ici sur Amazon !

Vente flash jusqu'à - 50% sur la Fnac

Toutes les promotions DVD /Blu Ray Ici sur Amazon et sur la Fnac

--------------------------------------------

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!


Court Métrage du Dimanche – Cheese Trouble (Rencontre entre Les Minions et Wallace & Gromit)



Synopsis : Court métrage avec Wallace, Gromit, Minions et… du fromage !
Année de Production : 2016
Réalisateurs : Fabrice Mathieu
Genre : Animation 3D et Stop-motion
Durée : 5’34



Kobo
France
--------------------------------------------
les offres éclairs ici sur Amazon !

Vente flash jusqu'à - 50% sur la Fnac

Toutes les promotions DVD /Blu Ray Ici sur Amazon et sur la Fnac

--------------------------------------------




Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!



Amélie Nothomb et les stylos à bille (Vidéo)



"Les stylos bille ont une âme.
 Il y a ceux qui bavent
 Il y a ceux qui s’arrêtent d’écrire et qui recommencent
 Et il y a les cas de résurrection et puis il y a les infatigables, les vieux soldats, ceux-là, je les aime tellement...”



--------------------------------------------
les offres éclairs ici sur Amazon !

Vente flash jusqu'à - 50% sur la Fnac

Toutes les promotions DVD /Blu Ray Ici sur Amazon et sur la Fnac

--------------------------------------------



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le

Ebook Gratuit – Tueurs en série


Régulièrement, j’essaierai de vous proposer un ebook gratuit à lire. Car souvent il est possible de faire des découvertes dignes de ce nom.
Pour une gratuité de qualité dans le monde du téléchargement légal.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir, 41 portraits de tueurs en série du monde entier : Afrique, Amérique du Sud, Asie, Etats-Unis, Canada, France, Grande-Bretagne et Russie.

Des portraits détaillés de Ted Bundy, Jack l'éventreur et bien d’autres



Tueurs en série

41 portraits de tueurs en série du monde entier : Afrique, Amérique du Sud, Asie, Etats-Unis, Canada, France, Grande-Bretagne et Russie.
Des portraits détaillés de Ted Bundy, Jack l'éventreur, Francis Heaulme, Jeffrey Dahmer, Paul Bernardo et et Karla Homolka, Aileen Wuornos, Francisco de Assis Perreira, le Zodiac, Albert Fish, Belle Gunness, Marcel Barbeault, John Wayne Gacy, Gary Ridgway, Anatoly Onoprienko et de nombreux autres.
Pour chacun, le portrait présente leur jeunesse, leurs crimes, leurs victimes, leur mode opératoire, leur motivation psychologique, ainsi qu'une bibliographie.









Vous n’avez pas de liseuse, vous avez la possibilité de télécharger l’application Kindle d'Amazon ou Kobo de la Fnac gratuitement et lire en toute liberté sur ordinateur, Tablette ou Smartphone.





tonimage

Vous êtes auteur, éditeur, vous proposez des ebooks gratuits contactez-moi pour que puisse vivre ce nouveau rendez-vous du vendredi et nous permettre de faire de belles découvertes.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!

La bonne affaire


Les contes de Grimm proposent une vision du monde et de l'Univers. Dans ces contes, se cache des croyances, de vieux rituels disparus. Les contes de Grimm ne sont pas que des histoires pour endormir les enfants ! Les contes portent un regard lucide sur la nature humaine. Les contes de Grimm sont libres de droits et accessibles gratuitement. Bonne Lecture.



La bonne affaire

Un paysan avait mené sa vache au marché et l'avait vendue pour sept talers. Sur le chemin du retour, il dut passer près d'un étang, et il entendit de loin les grenouilles coasser: « huit, huit, huit, huit ». « Oui, se dit-il à lui-même, elles crient sans réfléchir: c'est sept talers que j'en ai retirés, et pas huit. » Quand il approcha de l'eau, il leur cria: « Bêtes stupides que vous êtes! Le savez-vous donc mieux que moi? Ce sont sept talers, et pas huit. » Cependant, les grenouilles maintinrent leur « huit, huit, huit, huit ». « Eh bien, si vous ne voulez pas me croire, je vais vous compter l'argent », dit le paysan, en sortant l'argent de sa poche, et il leur compta les sept talers, avec à chaque fois vingt-quatre groschens pour un taler. Mais les grenouilles se moquaient de son compte et continuèrent de coasser: « huit, huit, huit, huit ». « Eh, puisque vous voulez absolument le savoir mieux que moi, vous n'avez qu'à compter vous-mêmes! » s'écria le paysan, très en colère, en jetant tout l'argent dans l'eau. Il resta là et attendit qu'elles aient fini de compter et qu'elles lui rendent ce qui lui appartenait, mais les grenouilles campaient sur leur position, continuant de coasser « huit, huit, huit, huit », et elles ne lui jetèrent pas son argent hors de l'eau. Il attendit encore un bon moment, jusqu'à ce que le soir tombe et qu'il soit obligé de rentrer chez lui, puis il dit leurs quatre vérités aux grenouilles: « Vieilles pataugeuses, grosses têtes, yeux de merlan frit que vous êtes! Vous avez une grande bouche et vous savez coasser jusqu'à ce qu'on ait mal aux oreilles, mais vous n'êtes pas capables de compter sept talers: croyez-vous que j'aie l'intention de rester ici jusqu'à ce que vous ayez terminé? » Sur ces mots, il partit, mais les grenouilles continuèrent de coasser « huit, huit, huit, huit » dans son dos, si bien qu'il rentra chez lui très contrarié.

Au bout d'un certain temps, il acquit de nouveau une vache; il la tua et calcula que s'il vendait bien la viande, il pourrait en retirer autant d'argent que ce que valaient ces deux vaches, et il lui resterait la peau en prime. Lorsqu'il arriva à la ville avec sa viande, une grande meute de chiens s'était rassemblée devant la porte de la ville, avec à sa tête un grand lévrier. Celui-ci se mit à bondir autour de sa viande en la reniflant et à aboyer: « Donne-m'en, donne-m'en! » Comme il ne semblait pas près de s'arrêter, le paysan lui dit: « Oui, je vois bien que tu dis 'donne-m'en, donne-m'en' parce que tu aimerais bien avoir un peu de ma viande, mais j'aurais l'air malin si je te la donnais! » Le chien ne répondit rien d'autre que « Donne-m'en, donne-m'en. »

-        Tu ne me la mangeras pas et tu me garantis que tes camarades que voilà ne la mangeront pas non plus?

-        Donne-m'en, donne-m'en, répondit le chien.

-        Bon, puisque tu insistes, je vais te la laisser: je te connais bien et je sais qui est ton maître. Mais je te dis une chose: dans trois jours, il faudra que j'aie mon argent, sinon tu auras des ennuis: tu n'auras qu'à venir me l'apporter au village.


Sur ces mots, il déchargea sa viande et fit demi-tour; les chiens se jetèrent dessus en aboyant à gorge déployée « donne-m'en, donne-m'en ». Le paysan entendit cela de loin et se dit: « Voilà, à présent, les voilà tous qui en veulent, mais le grand devra me rendre des comptes. »

Au bout des trois jours, le paysan se dit: « Ce soir, tu auras ton argent dans ta poche », et il était tout content. Mais personne ne vint pour le payer. « On ne peut plus compter sur personne », dit le paysan et, à bout de patience, il se rendit finalement en ville chez le boucher, à qui il exigea son argent. Celui-ci crut que c'était une plaisanterie, mais le paysan lui dit: « Fini de plaisanter, je veux mon argent: le grand chien ne vous a-t-il pas apporté il y a trois jours toute la viande de la vache que j'avais tuée?» Le boucher se mit alors en colère, attrapa un manche à balai et chassa le paysan. « Attends un peu! Il y a encore une justice dans ce monde », dit le paysan, puis il se rendit au château du roi et demanda une audience. On le conduisit auprès du roi, qui se trouvait avec sa fille, et qui lui demanda quel malheur lui était arrivé. « Ah, répondit le paysan, les grenouilles et les chiens m'ont pris mon bien, et le boucher me l'a payé en coups de bâton », et il lui raconta par le menu comment les choses s'étaient passées. La fille du roi se mit à rire à gorge déployée, et le roi dit au paysan:
-        Je ne peux te donner raison dans cette affaire, mais en revanche, tu auras ma fille pour épouse: elle n'avait encore jamais ri de sa vie avant de rire de toi, et j'avais promis de la donner en mariage à celui qui saurait la faire rire. Tu peux remercier Dieu de ton bonheur.

-        Oh, répondit le paysan, c'est que je ne veux pas d'elle, moi: je n'ai qu'une femme, chez moi, et c'est déjà bien trop. Quand je rentre à la maison, j'ai l'impression qu'il y a une femme dans tous les coins.

-        Tu es un mufle, répondit le roi, en colère.

-        Ah, majesté, répondit le paysan, que pouvez-vous attendre de la part d'un bœuf, sinon de la viande de bœuf?

-        Attends, rétorqua le roi, tu auras un autre salaire. À présent, déguerpis, mais reviens dans trois jours, et on t'en donnera cinq cents.

Quand le paysan sortit de la pièce, le garde lui dit:
-        Tu as réussi à faire rire la fille du roi, on t'aura donné quelque chose de bien?

-        Oui, je trouve aussi, dit le paysan. On va m'en donner cinq cents.

-        Ecoute, lui dit le soldat, donne-m'en un peu aussi: que vas-tu faire de tout cet argent?

-        Puisque c'est toi, tu en auras deux cents. Va te faire annoncer dans deux jours chez le roi pour qu'on te les paie.

Un Juif, qui se trouvait non loin de là et qui avait entendu leur conversation, courut après le paysan, et le retint par son habit en disant:
-        Bonté divine! Vous êtes vraiment un chanceux! Je vais vous changer votre argent, je vais vous le donner en menue monnaie: que feriez-vous de ces gros talers?

-        Youpin que tu es, dit le paysan, tu peux encore en avoir trois cents. Donne-les moi tout de suite en pièces, et dans trois jours, on te les paiera chez le roi.

Le Juif se réjouit de ce bon petit profit et apporta la somme en mauvaises pièces, dont trois valent autant que deux bonnes. Quand les trois jours furent écoulés, le paysan se présenta chez le roi, conformément à l'ordre de celui-ci.

-        Ôtez-lui son habit, dit le roi, et qu'on lui donne ses cinq cents!

-        Ah, répondit le paysan, c'est qu'ils ne sont plus à moi: j'en ai offert deux cents au garde, et le Juif m'en a changé trois cents, si bien qu'il ne me revient plus rien de droit.

Sur ces entrefaites, le soldat et le Juif entrèrent, exigeant chacun ce qu'ils avaient soutiré au paysan, et on leur donna à chacun leur part de coups. Le soldat les endura patiemment, car il en connaissait déjà le goût, mais le Juif, quant à lui, avait l'air pitoyable: « Aïe! Sont-ce là les gros talers? » Le roi ne put que rire au sujet du paysan, et comme toute sa colère était passée, il lui dit: « Comme tu as déjà perdu ta récompense avant qu'on te la donne, va dans mon trésor et prends autant d'argent que tu veux. » Le paysan ne se le fit pas dire deux fois et remplit ses grandes poches d'autant d'argent qu'elles pouvaient en contenir. Il se rendit ensuite dans une auberge et se mit à compter son argent. Le Juif l'avait suivi à pas de loup et l'entendit qui marmonnait dans sa barbe: « Voilà que ce diable de roi m'a quand-même roulé! N'aurait-il pas pu me donner l'argent lui-même? Alors, je saurais combien j'ai, mais à présent, comment puis-je savoir si c'est bien la bonne somme que j'ai prise au hasard? » « Dieu me garde, se dit le Juif, il manque de respect à notre souverain, je vais courir le dénoncer, et on me donnera une récompense, tandis que lui, il sera puni, par-dessus le marché! » Lorsque le roi eut vent des propos du paysan, il se mit en colère et ordonna au Juif d'aller chercher ce pécheur. Le Juif courut trouver le paysan:
-        Vous devez vous rendre sur-le-champ chez sa majesté, tel que vous êtes là.

-        Je sais mieux que toi ce qu'il est convenable de faire, lui répondit le paysan. Je vais d'abord me faire faire un nouvel habit. Crois-tu qu'un homme qui a beaucoup d'argent dans sa poche doive y aller vêtu de ces haillons?

Voyant que le paysan ne bougerait pas tant qu'il n'aurait pas un autre habit et craignant qu'une fois la colère du roi dissipée, il serait privé de sa récompense, le Juif lui dit: « Pour ce bref moment, je vais vous prêter un bel habit par pure amitié. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas par amour, tout de même! » Le paysan accepta, enfila l'habit du Juif et suivit celui-ci. Le roi répéta au paysan les mauvaises paroles que lui avait rapportées le Juif.

-        Ah, dit le paysan, ce que dit un Juif, c'est toujours un mensonge: aucune parole vraie ne sort de sa bouche. Le gars que voilà n'a pas toute sa tête et prétend que l'habit que je porte lui appartient.

-        Qu'est-ce que cela veut dire? Cet habit n'est-il pas à moi? se mit à crier le Juif. Ne vous l'ai-je pas prêté par pure amitié pour que vous puissiez vous présenter devant notre majesté?

À ces mots, le roi dit: « Une chose est sûre: le Juif a trompé quelqu'un, soit moi, soit le paysan », et il lui fit donner encore une belle somme en gros talers. Quant au paysan, il rentra chez lui vêtu du bel habit et avec ses belles pièces dans sa poche, et il dit: « Cette fois, j'ai réussi mon coup! »


--------------------------------------------
les offres éclairs ici sur Amazon !

Vente flash jusqu'à - 50% sur la Fnac

Toutes les promotions DVD /Blu Ray Ici sur Amazon et sur la Fnac

--------------------------------------------



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!

Ebook Gratuit – Partie de Foot


Régulièrement, j’essaierai de vous proposer un ebook gratuit à lire. Car souvent il est possible de faire des découvertes dignes de ce nom.
Pour une gratuité de qualité dans le monde du téléchargement légal.


Aujourd’hui, je vous propose de découvrir, une courte nouvelle d’une dizaine de pages, nouvelle à la fois terrible et bouleversante



Partie de Foot

Les horreurs perpétrées par Daech contre les Yésidis, vues par un enfant.
Irak, région du Sinjar.
Hemin tient la main de sa mère. Il regarde des hommes jouer au foot avec une boule.
Une nouvelle terrible et bouleversante...










Vous n’avez pas de liseuse, vous avez la possibilité de télécharger l’application Kindle d'Amazon ou Kobo de la Fnac gratuitement et lire en toute liberté sur ordinateur, Tablette ou Smartphone.





tonimage

Vous êtes auteur, éditeur, vous proposez des ebooks gratuits contactez-moi pour que puisse vivre ce nouveau rendez-vous du vendredi et nous permettre de faire de belles découvertes.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...