La disparition de Josef Mengele lu par Olivier Guez



Auteur: Olivier Guez
Lu par : Olivier Guez
Titre Original: La disparition de Josef Mengele
Date de publication : 14 mars 2018
Durée : 5h47
Éditeur : Audiolib
Version Papier : 18,50€  
Version Kindle : 12,99€  



Quatrième de couverture : 1949  : Josef Mengele arrive en Argentine.
Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz  croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant  ?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.




Mon avis : Dans un premier temps, je tiens à remercier les éditions Audiolib pour ce partenariat, écoute faite également dans le cadre du #ClubAudible.

Pour ceux qui s’intéressent un tant soit peu, à la Seconde Guerre mondiale, ils auront entendu parler de ce médecin officier de la Schutzstaffel (SS) qui exerça son activité criminelle au sein du camp de concentration d’Auschwitz. Ce criminel de guerre faisait des expérimentations médicales des plus horribles sur des détenus. Il était surnommé par “L’Ange de la Mort”.

Cependant, Olivier Guez, prend le pari de ne pas parler de son activité de criminel, mais de nous montrer la médiocrité de cet individu, condamné par contumace, bien qu’une énorme récompense fut offerte pour sa capture, il ne fut jamais trouvé et mourut d’une noyade accidentelle près de Sao Paulo au Brésil en 1979. Une mort aussi pathétique que la dernière partie de sa vie.

Olivier Guez, donne à l’Ange de la Mort un aspect humain, une personne médiocre qui fut capable des pires barbaries sous couvert du Nazisme.

J’ai détesté ce personnage, qui malgré ses crimes a réussit, a échapper à la justice, réfugié dans ces pays d’Amérique Latine, qui protège ces odieux individus qui rêvaient encore d’un retour du IIIe Reich.

Écouter ou bien lire ce roman, nous pousse à réfléchir sur ces individus capables du pire sous le couvert de gouvernements assassins et qui finissent leur vie, libre, sans jamais avoir payé leurs crimes.

Bien que la lecture faite par l’auteur lui-même, rende difficile l’écoute de cette dernière, la thématique du roman était des plus intéressants et surtout ne pas passer à côté de l’interview final.

Ce roman m’a également fait repenser à une lecture que j’avais faite il y a quelques années sur l’expérience de Milgram et l’obéissance et désobéissance à l’autorité.
Et intéressé par le sujet j’avais également regardé le documentaire intitulé Le Jeu de la Mort – l’expérience de Milgram que j’avais également chroniqué.
Sur l’expérience de Milgram il existe également le roman de Todd Strasser : la Vague.



POUR ALLER PLUS LOIN






Si cela n’est pas encore fait, je vous invite à découvrir Audible  , qui en plus de proposer une offre d’essai d’un mois gratuit   donne une nouvelle perceptive à la littérature. Avec un catalogue de plus de 200.000 livres audios qui s’enrichie regulièrement au rythme des sorties en librairie.





--------------------------------------------
les offres éclairs ici sur Amazon !

Vente flash jusqu'à - 50% sur la Fnac

Toutes les promotions DVD /Blu Ray Ici sur Amazon et sur la Fnac

--------------------------------------------


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...