Les 7 romans les plus attendus de La Rentrée Littéraire 2013

Comme chaque année,  la rentrée Littéraire est l’événement livresque par excellence. Mais il est reste facile de passer à côté du  roman de l’année.

Alors pour l’occasion je vous ai concocté une liste de 7 romans qu’il vous faudra absolument lire cette année, ensuite il va de soit que vous ne vous limiterez pas a ces 7 ouvrages…
Le premier et qui selon moi sera l’événement littéraire de l’année :
L’extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas 
Quatrième de couverture : Un voyage low-cost … dans une armoire Ikea ! Une aventure humaine incroyable aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye post-Kadhafiste. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, un éclat de rire à chaque page mais aussi le reflet d’une terrible réalité, le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle, sur le chemin des pays libres.
Prix :18,05€
Date de sortie le 21 août 2013

Comme chaque année, Amélie Nothomb qui revient pour sa 21eme année  consécutive
La Nostalgie Heureuse d’Amélie Nothomb
Quatrième de couverture : Tout ce que l’on aime devient une fiction. La première des miennes fut le Japon. A l’âge de cinq ans, quand on m’en arracha, je commençai à me le raconter. Très vite, les lacunes de mon récit me gênèrent. Que pouvais-je dire du pays que j’avais cru connaître et qui, au fil des années, s’éloignait de mon corps et de ma tête".
Prix : 15,68€
Date de sortie le 21 août 2013

Le suivant est le nouveau roman d’Eric-Emmanuel Schmitt qui je ne peux pas vous le cacher est l’un de mes auteurs favoris.
Les perroquets de la place d’Arezzo d’Éric-Emmanuel Schmitt
Quatrième de couverture : Autour de la place d'Arezzo, où les grands platanes ont été envahis par les perruches et les perroquets, vit une des populations les plus huppées de Bruxelles. S'y croisent, dans un voisinage élégant et contrasté, le fonctionnaire et l'étudiant, le bourgeois et l'artiste, la poule de luxe et la veuve résignée, mais aussi la fleuriste et l'irrésistible jardinier municipal. Des couples, des solitaires, humbles ou orgueilleux, conquérants ou vaincus, comme partout dans le monde. Tous gouvernés par leurs passions, leurs désirs, leurs fantasmes amoureux et sexuels. Jusqu'au jour où leur parvient une lettre, anonyme, identique, mystérieuse, qu'une colombe, et non point un corbeau, leur aurait adressée. Comme une bombe à retardement. "Ce mot simplement pour te signaler que je t'aime. Signé: tu sais qui." Et chacun de s'enflammer, de rêver, d'y voir une promesse, un bonheur attendu, une blague, une menace. On peut imaginer, pour le meilleur et pour le pire, le fatal enchaînement d'espoirs, de déceptions, d'embrouilles et de drames qui s’annoncent…
Prix : 20,90€
Date de sortie le 21 août 2013

Jean-Louis Fournier nous promet encore une fois une lecture agréable et souriante.
La Servante du Seigneur de Jean-Louis Fournier
Quatrième de couverture : Ma fille était belle, ma fille était intelligente, ma fille était drôle…
Mais elle a rencontré Monseigneur. Il a des bottines qui brillent et des oreilles pointues comme Belzébuth. Il lui a fait rencontrer Jésus. Depuis, ma fille n’est plus la même.
Elle veut être sainte.
Rose comme un bonbon, bleue comme le ciel.
Prix : 13,30€
Date de sortie le 21 août 2013
  
Cette année il est difficile de passer à côté du nouveau roman de Véronique Ovaldé
 La grâce des brigands de Véronique Ovaldé
Quatrième de couverture : Quand Maria Cristina Väätonen reçoit un appel téléphonique de sa mère, dont elle est sans nouvelles depuis des années, l'ordre qu'elle avait cru installer dans sa vie s'en trouve bouleversé. Celle-ci lui demande instamment de venir chercher pour l'adopter Peeleete, le fils de sa soeur. Nous sommes en juin 1989, Maria Cristina vit avec son amie Joanne à Santa Monica (Los Angeles). Cela fait vingt ans qu’elle a quitté Lapérouse, et son univers archaïque pour la lumière de la ville et l'esprit libertaire de la Californie des années 70. Elle n'est plus la jeune fille contrainte de résister au silence taciturne d'un père, à la folie d'une mère et à la jalousie d'une soeur. Elle n'est plus non plus l'amante de Rafael Claramunt, un écrivain/mentor qu'elle voit de temps à autre et qui est toujours escorté par un homme au nom d'emprunt, Judy Garland.
Prix : 18,53€
Date de sortie le 22 août 2013

 Après Attentat, on ne peut qu’attendre avec hâte les romans écrit par ce magnifique auteur que peut être Yasmina Khadra.
Les anges meurent de nos blessures de Yasmina Khadra
Quatrième de couverture : Il avait pour lui une candeur déconcertante et un direct du gauche foudroyant. Il connut la misère et la gloire, mais seul l'amour des femmes parvint à combler sa soif d'absolu. De l'ascension à la chute, le destin hors du commun d'un jeune prodige adulé par les foules, poussé au crime par un malentendu.

Il se faisait appeler Turambo, du nom de son village qu'un glissement de terrain avait rayé de la carte. Il était né dans l'Algérie coloniale des années 20, et son destin était écrit d'avance : il serait misérable. Mais il était beau, vigoureux, ardent et doté d'un trait de caractère assez rare : la candeur. Cette fraîcheur lui attirait des sympathies immédiates et, grâce à ce don, il put franchir les portes du monde des Français, interdit aux Arabes. Car il possédait de plus une force surprenante dans le poing gauche, capable d'allonger d'un coup ceux qui se trouvaient sur son passage. C'est ainsi qu'il attira l'attention des professionnels de la boxe. Ses succès sur le ring lui apportèrent gloire et argent. Mais comme tous les coeurs purs, il détestait la violence et rêvait d'amour. Dans sa culture, une femme heureuse était une épouse fidèle, féconde et dévouée. Il nourrit d'abord une passion secrète pour sa cousine Nora, la première femme de sa vie. La deuxième, Aïda, une prostituée, l'initia aux plaisirs de la chair. La troisième, Louise, était la fille de l'homme d'affaires qui comptait l'emmener jusqu'au titre de champion de France de sa catégorie. Puis surgit Irène. Femme libre, indépendante et fière. Elle lui apprit que la vraie passion ne pouvait s'épanouir que dans la confiance absolue et le respect mutuel
Prix : 19,95€
Date de sortie le 22 août 2013

Et pour finir le roman de Valentine Goby que je ne connaissais malheureusement pas auparavant et qui nous entraine avec ce nouveau roman dans le camp de concentration de Ravensbruck où existait selon certaines rumeurs une chambre d’enfant, pièce minuscule installé dans le block des malades.  
Kinderzimmer de Valentine Goby
Quatrième de couverture : “Je vais te faire embaucher au Betrieb. La couture, c’est mieux pour toi. Le rythme est soutenu mais tu es assise. D’accord ?
– Je ne sais pas.
– Si tu dis oui c’est notre enfant. Le tien et le mien. Et je te laisserai pas.
Mila se retourne :
– Pourquoi tu fais ça ? Qu’est-ce que tu veux ?
– La même chose que toi. Une raison de vivre.”

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout.
Un roman virtuose écrit dans un présent permanent, quand l’Histoire n’a pas encore eu lieu, et qui rend compte du poids de l’ignorance dans nos trajectoires individuelles.
Prix : 19€
Date de sortie le 21 août 2013

Vous pouvez retrouvez la liste des romans de La Rentrée Littéraire 2013 en cliquant sur le lien suivant


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...